Buste de femme et colombe par Paul-François Berthoud (1870-1939), vers 1900

Véritable prouesse plastique, ce buste du sculpteur Paul-François Berthoud allie l’onirisme de la flore au réalisme du portrait féminin. L’œuvre, conçue comme une ronde-bosse, présente des caractéristiques disparates : sur le socle repose une colombe aux flancs fouettés par les vagues. Au-dessus d’elle émerge un visage de femme, aux paupières baissées sur l’oiseau. L’ensemble est couronné par une vague, figée dans l’instant. La fusion de l’eau et des cheveux de la femme contribue à créer la surprise, faisant de cette œuvre un magma polymorphe. L’auteur y allie l’art du portraitiste à des influences symbolistes patentes : le jeu des correspondances entre femme et oiseau invite à replonger aux origines du mythe, tout en se laissant porter par une dimension onirique sous-jacente.

Paul-François Berthoud (1870 – 1939)

Paul-François Berthoud fut tour à tour sculpteur, peintre et graveur. Il commence à exposer ses sculptures à la fin du XIXe siècle dans différents salons et perce en 1898 avec la mention « Honorable » au Salon de la Société des artistes français.

L’artiste se distingue en grande partie dans les collections des musées pour ses bustes et têtes de femmes du monde artistique parmi lesquelles la tragédienne Sarah Bernhardt qui devient une de ses muses favorites.

Le primat qu’accorde le sculpteur à la femme s’explique par son importance dans l’esthétique symboliste naissante. La minutie avec laquelle Berthoud traite ses visages conforte son talent de portraitiste. Il crée un canon mêlé d’influences Art Nouveau qui transparaissent dans ce buste, comme les influences symbolistes : le repli vers le monde intérieur, la plasticité de la matière et le caractère onirique en sont les principales composantes.

Dimensions

Longueur : 64 cm
Largeur : 44 cm

Prix