Cache-pots à anses éléphants – Théodore Deck, vers 1870

Ce cache-pot de Théodore Deck « néo » à forme ovoïde d’inspiration asiatique est composé de trois frises horizontales, d’un large col et d’une paire d’anses éléphants. La première et la troisième frises sont sublimées par des fleurs roses sur un fond beige clair. Ces fleurs de style japonisant se retrouvent dans de nombreuses œuvres de céramistes du 19e siècle à l’image des pièces réalisées par Eugène Victor Collinot.
Théodore Deck joue avec les tiges de la fleur qui s’entrelacent entre-elles afin de donner du mouvement à l’œuvre. L’entrelac devient un prétexte à la décoration du vase. La frise centrale à fond bleu roi présente des motifs de masques « taotie », qui nous renvoie à la culture chinoise et confèrent à ce vase un style tout particulier. Cette dernière frise contraste avec les deux autres par sa dimension géométrique. Ces splendides anses à tête d’éléphant font référence à la culture indienne.

Dans cette œuvre, Théodore Deck recourt à son bleu caractéristique, nuance de turquoise désignée sous le nom de « bleu Deck », qui deviendra une signature de sa production. On peut observer ce bleu si caractéristique sur l’ensemble de cette pièce notamment sur le col ou sur les masques « taotie ». Son style pictural enlevé proche des techniques des aquafortistes et l’éclat des couleurs donnent une fraicheur et confèrent une spontanéité particulière à la scène, rendue possible uniquement grâce au talent incontestable de l’artiste.

Avec l’ouverture du Japon au monde occidental à la fin des années 1850, artistes et artisans sont de plus en plus influencés par l’art japonais alors importé et mis en valeur dans de nombreuses galeries spécialisées. Il est très apprécié, tant à Paris lors des Expositions Universelles de 1867 et 1878, qu’en Europe.

Dimensions

Hauteur : 29 cm
Diamètre : 50 cm

Prix