Chat porte-parapluie – Faïencerie d’Orchies, Nord de la France

Ce porte-parapluie zoomorphique joue du trompe-l’œil en adoptant la forme d’un chat : le soin accordé à la figuration de l’animal contraste avec l’aspect purement utilitaire de l’objet. Magnifié par une glaçure de barbotine, le chat roux et blanc repose assis sur ses pattes arrière que délimitent le socle. Il porte accroché autour du cou un petit foulard rose : celui-ci lui sert à porter un contenant fictif ; de manière à recevoir les parapluies. Le revêtement intérieur de l’objet, d’une glaçure bleu clair, n’est pas sans évoquer les majoliques de Minton produites en Angleterre à la même époque. D’aspect domestique, ce chat s’accorde parfaitement avec les intérieurs de nature bourgeoise auxquels il est destiné. Ce type de pièce de fantaisie, réalisé en barbotine et à grand tirage, plaît alors particulièrement.
Les deux frères L’Herminé Declercq, Emile et Joseph, installaient une usine de faïence à Orchies (en Flandre) en 1886. Vers la fin du XIXème siècle, l’entreprise se fait connaître par la production d’une vingtaine de carafes humoristiques ornées d’animaux, insufflant davantage de légèreté pour des pièces au détail savoureux.
L’influence des arts et tradition populaire dans les arts décoratifs français vers la seconde moitié du XIXe siècle est avérée. En effet, ce genre de petites pièces plaît particulièrement au sein des intérieurs bourgeois : la vie sociale et culturelle (rites et fêtes calendaires, folklore, etc.) et la culture matérielle du monde rural (agriculture, artisanat, mobilier, etc.) intéressent de plus en plus. C’est un nouveau vivier iconographique pour les artistes. Les objets du quotidien tels que pichets ; salières et porte-parapluie deviennent alors prétextes aux innovations les plus fantaisies.

Dimensions

Hauteur : 71 cm
Largeur : 25 cm
Profondeur : 34 cm

Prix