Vases « tianquiping », Jules Vieillard, Bordeaux (attribués à)

Cette superbe paire de vases « tianquiping » en faïence de la seconde moitié du XIXe siècle provient très certainement de la manufacture de Jules Vieillard située à Bordeaux. La panse très bombée et le col long et étroit est caractéristique de la forme des vases chinois appelés « tianquiping » ou encore « sphère céleste ». Ces vases au fond bleu profond reçoivent un décor d’inspiration asiatique avec un médaillon blanc dont le motif central jaune vert et bleu est également de forme circulaire. Ce dernier se termine en un ensemble de figures géométriques typique du répertoire ornemental de l’Extrême-Orient. Ce thème est également présent sur le col du vase. Sur la panse figure également un motif floral géométrique très stylisé à la manière des mandalas. Celui-ci se construit par des fleurs se déployant d’un autre motif végétal. L’ensemble est entouré de feuillages verts et de quelques ajouts de bleu foncé. La base du vase ainsi que le début du col et la lèvre accueillent une frise ornementale aux motifs végétaux. L’utilisation du répertoire asiatisant témoigne de l’attrait des artistes du XIXe siècle pour l’art de l’Extrême-Orient. 

En 1845, Jules Vieillard succède à David Johnston à la tête de la faïencerie. Son rôle et celui de ses fils en tant que directeurs de l’usine jusqu’à sa fermeture en 1895 ont été déterminants. Vieillard voulait concurrencer à la fois les plus grandes usines de faïence comme Sarreguemines et Minton, mais aussi les plus petits ateliers parisiens. C’est ainsi qu’il a créé un département artistique spécifique dont la production s’inspire principalement de motifs et de formes perses, chinoises et japonaises. En ce qui concerne la technique, ses fils adoptent à partir de 1875 le cloisonné sur faïence émaillée perfectionnée par Eugène-Victor Collinot. Au cours des mêmes années, cette technique rendit également très célèbre l’usine de Longwy, propriété des frères Huart.

Vieillard participe à diverses expositions et obtient un prix à l’Exposition universelle de 1878 à Paris. En 1878, la qualité et la richesse de son exposition sont particulièrement appréciées par la critique d’art.

Dimensions

Hauteur: 28 cm

Prix